Le BIM dans le domaine du génie climatique.

hexabim-logo

Retrouvez mon interview réalisé par Mohamed KHETTAB d’Hexabim dans lequel nous parlons du BIM dans le domaine du génie climatique.
Cliquer ICI pour accéder à l’article sur le site d’hexabim.

Extrait de l’interview :

Bonjour Christophe, vous êtes Architecte de formation et actuellement Responsable BIM chez FAUCONNET INGENIERIE, quel était votre parcours (BIM) ? ​

J’ai obtenu mon diplôme d’architecte DPLG en 1993. Pendant 11 ans j’ai réalisé de multiples prestations en sous traitance dans des agences d’architectes et bureaux d’études du nord de la France. C’est ma période AutoCAD, exclusivement 2D. En 1997 avec deux collègues, nous créons la société AroBAT qui se spécialise très rapidement en missions de synthèse technique et architecturale dans le domaine hospitalier.

A l’époque nous sommes parmi les premiers à migrer d’AutoCAD vers AutoCAD Architecture et AutoCAD MEP, de la 2D à la 3D avec le début des objets. A partir de 2005, je commence à m’intéresser à Revit.Mais il n’est pas encore mûr pour répondre aux besoins d’AroBAT. En 2012, j’arrive chez FISA pour me consacrer à 100% sur Revit MEP : formation, création de familles, accompagnement client et développement d’applications, me plongeant chaque jour un peu plus dans le BIM. Et aujourd’hui je ne ferai pas marche arrière.

Depuis sa création en 1985, FISA est devenue une référence des spécialistes en génie climatique en France, pourriez-vous nous dire un peu plus ?

​En 1985, Michel Fauconnet, à l’époque ingénieur fluides, se lance dans l’aventure de l’édition de logiciels spécialisés dans les calculs d’ingénierie du bâtiment. Suivant les évolutions technologiques, les solutions développées en aéraulique, hydraulique et thermique sont interfacées avec AutoCAD, puis AutoCAD MEP. C’est les débuts de la construction d’un lien entre le graphisme et les calculs. C’est donc tout naturellement que dès 2010, FISA s’intéresse à Revit poursuivant ainsi le rapprochement Plans/Calculs.

En 2012 sort la première version de Fisa RMEP (R pour Revit) correspondant au portage de l’outil FISA MEP fonctionnant depuis de nombreuses années sous AutoCAD MEP. Les versions suivantes ont évolué, tout comme nos clients, pas à pas, de la CAO au BIM avec ses avantages et ses contraintes. C’est sur ce chemin, emprunté il y a 9 ans par l’équipe de 18 personnes FISA, que se construit notre expertise autour du BIM, avec de nombreux échanges afin d’expérimenter, et de trouver les meilleures réponses possibles au défi de la transition numérique. Cette expérience est très empirique et reflète bien la réalité de la révolution que nous vivons tous où rien n’est inscrit noir sur blanc et où il faut trouver sa route. Comme je le dis souvent, le BIM aujourd’hui c’est un peu le far-west, et cela rend la chose passionnante.

Quelles solutions BIM proposez-vous dans les domaines du chauffage, de la climatisation, de l’aéraulique et de l’hydraulique?

Notre offre BIM s’articule exclusivement autour de REVIT avec un plugin principal qui se nomme désormais Fisa-BIM CVC (anciennement Fisa RMEP). Il est construit suivant trois axes :

– l’axe du BIM, avec des outils spécifiques de gestion de bibliothèque d’objets, de mise en oeuvre et respect de convention BIM, et d’une boite à outils adaptée pour les référents BIM, coordinateurs BIM et BIM Managers.

– l’axe du CVC, avec des outils facilitant le tracé et la modélisation de réseaux afin d’accroitre l’efficacité de Revit tout en produisant des documents graphiques de qualité.

– l’axe naturel et historique de FISA, avec des moteurs de calculs interfacés directement avec les projets Revit. Des liens bidirectionnels permettent d’importer le métré du projet dans les moteurs de calcul et de réinjecter les résultats pour redimensionner des réseaux par exemple. Nous couvrons à ce jour les domaines des études thermiques avec Visual TTH, l’aéraulique avec FisaDuct, l’hydraulique avec TTH Eau, et la plomberie sanitaire avec SaniWin et Pluvio.

Vous avez pu travailler avec de nombreux BIM managers pour développer vos solutions, quels sont leurs problématiques et besoins au quotidien?

​Les besoins des BIM Managers que nous côtoyons sont d’une très grande diversité. Malheureusement très peu d’entre eux possèdent une réelle expérience de l’élaboration d’un projet, de la réalité des études et du chantier. Je ne peux que constater trop souvent la mise en œuvre d’exigences et de processus détachés de la réalité, alourdissant le travail des véritables acteurs d’un projet et construisant ainsi une mauvaise image du BIM.

Avec l’arrivée des nombreuses solutions BIM au marché, la normalisation pour les éditeurs est devenue primordiale, quels sont les enjeux selon vous ?

La normalisation ne sera ni applicable ni opérationnelle dans l’immédiat. FISA, comme certainement d’autres éditeurs de solutions, et les utilisateurs et acteurs du BIM ne peuvent attendre. Il nous faut tous trouver des solutions intermédiaires, transitoires pour avancer. Même si nous savons que cela nous obligera à terme à reprendre partiellement ou entièrement certains de nos outils. C’est justement cette phase que FISA commence activement à réaliser cette année.

Que pensez-vous de l’adoption de l’OpenBIM et des divers formats d’échanges (IFC, cobie, ) en France?

​L’openBIM est indispensable et obligatoire. Cela ne fait aucun doute. Cependant je constate trop souvent des amalgames lorsque les gens parlent d’openBIM et d’IFC. L’enjeux est de pouvoir échanger toutes les informations du projet entre les différents acteurs. Il ne s’agit pas de définir un outil collaboratif universel. La présentation faite par certains institutionnels sur les capacités et le rôle de l’IFC sème le doute. Dans le domaine des fluides, l’IFC peine à décrire les éléments des lots techniques. La version 4 a fortement progressé dans cette direction. Malheureusement son utilisation est très faible. Il y a beaucoup d’inertie.

Quels sont vos axes de développement futurs chez FISA ?

Nous poursuivons activement le développement de notre FISA-BIM CVC sous Revit avec la diffusion de nouvelles versions majeures pour BimWorld et Batimat 2019. Nous préparons aussi des évolutions fortes de nos outils historiques de calcul intégrés désormais dans des processus BIM. Visual TTH, notre outil d’études thermiques fêtera cette année ses 20 ans. Pour l’avenir, notre équipe de développement travaille activement à l’intégration d’outils au sein de plateformes collaboratives. Nous portons beaucoup d’espoir dans la nouvelle plateforme d’AutoDESK dénommé Forge.

Un dernier mot pour la communauté du BIM ?

​Le BIM, et plus globalement la transformation digitale du bâtiment, est réellement un moment clef et passionnant pour tout un chacun. Il faut y aller sans hésiter et sans apriori. A vous d’expérimenter, d’échanger avec votre écosystème, et d’y trouver les avantages pour votre activité. A chacun de construire son BIM, sans attendre les impositions et réglementations. Cela viendra assez vite.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s